contact us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right.

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Articles

In Situ à la Havane: Exposition et résidence du photographe Pierre-Elie de Pibrac

Olivier Ponsoye

En 2007 Pierre-Elie de Pibrac réalise un voyage à Cuba qui s’avérera être une révélation. Sous le charme de ce pays antinomique, ce jeune étudiant de 24 ans fera de l’appareil photographique son outil d’expression par excellence et décidera ainsi de consacrer sa vie à la photographie.

Dix ans après, Cuba est un pays en pleine ébullition. L’engouement que cette île provoque dépasse même celui des années 1950 lorsque La Havane était le centre de gravitation de la Caraïbe. De nombreuses personnalités de la planète se ruent sur l’îIe : de Obama au Pape François, en passant par le patriarche Cyrille, François Hollande ou Matteo Renzi ; de Karl Lagerrfeld à Tilda Swinton, Rihana, Beyonce, Katy Perry, ou Mick Jagger – qui donnât un concert historique dans un pays où longtemps sa musique fut interdite. La liste des voyageurs – célèbres ou anonymes – qui désirent découvrir ou revoir Cuba « avant que ça ne change » est aujourd'hui interminable.

C’est précisément sous ces vents de changements, ou plutôt dans cet ouragan de renaissance, que naît notre projet dexposition. Après avoir passé deux ans à vivre jour après jour au cœur du Ballet de l’Opéra de Paris, Pierre-Elie de Pibrac propose au public cubain de découvrir son projetIn Situ - Dans les coulisses de l’Opéra de Paris. Ce projet a donné lieu à l’édition d’un Beau Livre publié aux éditions Clémentine de la Féronnière et à plus d’une dizaine d’expositions en France et à l’étranger (USA, Mexique, Italie, etc.). Cette fois-ci, le photographe choisit le pays qui lui a révélé sa passion, et souhaite partager avec ses habitants le résultat de sa rencontre extraordinaire avec l’Opéra de Paris. De plus, Cuba est une terre très marquée par la danse. La Havane possède une compagnie de renommée internationale, encore aujourd’hui dirigée, du haut de ses 92 ans, par l’une des figures majeures de la danse classique, Alicia Alonso.

            

L’exposition fera partie du Mois de la Photo de La Havane et sera également montrée lors du Festival International de Ballet de cette ville, qui aura lieu la première semaine de novembre. L’exposition sera ainsi inaugurée le 2 novembre 2016 et sera suivie de plusieurs activités collatérales. Les photographies seront exposées pendant un mois sous deux formes : une exposition institutionnelle à la Maison de la Photo de La Havane reprenant les trois séries du projet In Situ, et une exposition / installation à ciel ouvert dans les rues de la ville incluant des vidéos.


Cette exposition sera aussi accompagnée d’une résidence de création de 4 mois du photographe Pierre-Elie de Pibrac sur le Cuba contemporain.

 

RESIDENCE ARTISTIQUE

 

Depuis près d’un siècle, l’histoire de Cuba fascine, intrigue et révolte. Pendant 4 mois, Pierre-Elie de Pibrac partira retracer le passé cubain, témoigner du présent et se questionner sur l'avenir à travers un reportage sur la production sucrière cubaine.

Le sucre constitue un atout majeur de cette île et est à l’origine de la mixité culturelle et identitaire du pays, il en a dicté la politique d’immigration. Aujourd’hui, 70% des usines sont fermées, les ouvriers et villageois qui dépendaient des raffineries font partis des oubliés du régime. Il ne leur reste plus beaucoup d’options. Le photographe témoignera de la vie de deux familles, l’une dont l’usine a fermé et qui vit dans un village à l’abandon et l’autre dont l’usine survie et qui vit toujours au rythme du sucre.

Le projet sera réalisé en trois parties : une partie réalisée à la chambre pour témoigner des paysages d’aujourd’hui en se référant à l’objet de propagande de l’époque, la carte postale. Une deuxième partie de reportage documentaire au cœur de deux familles cubaines. Et enfin, une partie de portraits et de mises en scènes réalisées avec la complicité d’ouvriers cubains.